Aeons of Disorder : la Guyane exporte son métal.

(Retrouvez l'intégrale des photos en bas de la chronique!!!!)

Aeons of Disorder en live, à San Fernando, Trinidad, le 25 juin 2016, © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Bonjour à toutes et tous!! Aujourd'hui je rattrape mon retard concernant les chroniques!!! C'est bien beau de bourlinguer, mais quand même... L'idée première de tout ceci étant de partager mes petits périples, il y a bien un moment ou comme on dit : "Il faut se sortir les doigts...", si vous me permettez cette expression digne d'un banc de touche en cette période post-olympique...

Bref... Aujourd'hui je vous raconte mon escapade à Trinidad (Trinité en français, de "Trinité et Tobago") avec le groupe qu'on ne présente plus sur la scène rock guyananise Aeons of Disorder (suivez le lien pour la page Facebook du groupe).

A la frontière avec le Surinam, on se dégourdit les jambes en attendant de reprendre la route. © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Aeons of Disorder, c'est du métal. C'est du lourd. C'est Patrick au chant, Lucas à la guitare lead, Laurent à la basse, un Guillaume à la batterie et un autre à la guitare, toujours accompagné d'Arthur le "roadie-logisticien-masquotte" du groupe. Formé depuis novembre 2011, le groupe évolue, compose et survit malgré le départ du batteur originel, Ryan. Entre bars locaux et mini-festivals, le groupe tourne sur la Guyane, mais aussi au Brésil, au Surinam. C'est d'ailleurs au Surinam que commence l'aventure trinidadienne du groupe, lors du W:O:A Metal Battle Caribbean, un "concours musical" faisant s'affronter sur scène les meilleurs groupes de métal des Caraïbes, sélectionnés sur maquette et pressbook. En jeu, la programmation du vainqueur lors du W:O:A Metal Battle, en Allemagne cette fois ci...

Départ matinal, © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Finaliste avec deux autres groupes de Trinidad (Lynchpin, The Supernormal Band), un groupe d'Aruba (This Will Be No More) et un dernier du Surinam (Luguber), Aeons of Disorder finira deuxième... Mais créera des liens avec les membres du groupe The Supernormal Band (<=pour facebook). Ces derniers doivent se produire à San Fernando au sud de l'ile, le 25 juin, et réussiront à convaincre l'organisation (Schmidt Entertainment Ltd) d'ajouter Aeons en tête d'affiche pour l'occasion... Invitation acceptée! La nouvelle revenant jusqu'à mes oreilles, j'ai trouvé l'idée de les accompagner tout à fait alléchante!

The Supernormal Band, live à San Fernando, Trinidad, Le 25 juin 2016, © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Jour du départ : Jeudi, 4h du matin. Arthur a tout prévu, nous voyagerons jusque Paramaribo au Surinam en minibus. Il faut partir tôt, on a de la route à faire et un avion à prendre pour Port of Spain à 16h30. Le van récupère toute la troupe à domicile et nous voila partis vers Saint Laurent du Maroni, direction la frontière. A très vive allure, dirons nous... Etant au fond du van, je n'ai pas vu le compteur mais on m'annonce une belle pointe à 170km/h... Alors ok, on a de la route et on a tous envie d'arriver, mais vivant c'est mieux... On informe gentiment notre chauffeur de notre attachement à la vie... Bref...

Nous arrivons à Saint Laurent du Maroni sans encombres... Petite pause, on grille une clope, on blague, on embarque sur le bac qui nous fera passer le fleuve-frontière, et nous revoilà sur la route à nouveau, à gauche cette fois ci, coté Surinam, direction l'aéroport.

Formalités administratives, sur le bac, frontière avec le Surinam, © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Arrivés à l'aéroport de Paramaribo avec 3h d'avance, on s'installe, on mange un bout, on boit un coup... Il faut attendre... Pour certains, le voyage commence déjà à être long, Patrick, malade depuis 3-4 jours, ne se sent pas au mieux et n'attends qu'une chose... Arriver à bon port, aller dormir. Pour d'autres, comme Laurent, c'est l'avion à prendre qui pose problème...

L'avion, Laurent, c'est pas son truc. Du coup, tout le monde y va de sa petite blague encore une fois, on lui dit de ne pas s'inquiéter car si on s'écrase, on aura pas le temps d'avoir mal, ou des choses comme ça... Non, c'est pas super super drôle, mais l'humeur générale est plutôt détendue, portée par cette première fois à Trinidad, ce premier live devant ce public inconnu. Et quelques bières, d'accord... C'est long 3h, il fait chaud et tout...

L'attente à l'aéroport, © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Réajustement des sacs pour rester dans les clous avec la compagnie aérienne, enregistrement, et nous voila prêt à passer notre deuxième frontière du jour, la dernière avant le début de l'aventure. Hormis la confiscation du short "camouflage" de Patrick par les douanes une fois à Port of Spain*, le voyage se termine bien. Même pour Laurent.

( * : Et oui!! conseil pratique pour les voyageurs : à Trinidad et Tobago, les vêtements camouflages sont interdits pour les civils, suite à de nombreux braquages orchestrés par de faux militaires... En avoir ou en porter peut vous amener quelques bricoles...)

"Même pas peur...!", © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Nous sortons de l'aéroport et retrouvons nos hôtes. Sandra, l'organisatrice du concert, nous accueille accompagnée de Tony et Andy, bassiste et guitariste-chanteur de Supernormal Band. Grandes accolades, présentations, nous y sommes, il n'y a pas de doutes. Nous voila partis dans un minibus affichant une pancarte "AEONS OF DISORDER" à l'avant, tels de vrais rockstars! Et tout ça, en anglais s'il vous plait!! Nous allons à San Fernando, à l’hôtel réservé pour le groupe... Dernières 45 minutes de route avant de déposer nos valises, prendre une douche...

...Et devoir repartir illico à Port of Spain pour une interview à la radio!!! C'est sur la fréquence 95.1FM que Mike Ross reçoit les groupes Aeons et Supernormal Band pour la promotion du concert du samedi à venir, dans l'émission "Total Local". Patrick, lui, va se coucher, assommé par le voyage... Nous rejoignons le reste des Supernormal devant les locaux de la station FM, c'est une grande première encore une fois pour Aeons of Disorder, une interview radio dans un premier temps, et sur une ile de 1,3 millions d'habitants dans un second...

Mick Ross, ITW radio, © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Lucas et Laurent se font les porte-parole du groupe, et de la Guyane dans un sens, puisqu'il s'agit déjà de la géolocaliser pour les auditeurs locaux. Puis viennent les questions habituelles : à quoi ça ressemble? Comment on y vit? La scène rock locale? Comment ça, c'est la France? ...

Et les deux comparses ne s'en sortent pas trop mal, répondant aux questions entrecoupées d'extraits tirés du Soundcloud du groupe. Bon... Il semblerait que certaines descriptions du quotidien guyanais aient surpris nos interlocuteurs, notamment lorsqu'il est question du lieu d'habitation d'un des membres du groupe, en pleine foret, sans eau courante ni électricité, au bout d'une piste... On espère juste que les auditeurs aient bien saisi qu'il s'agissait d'un cas isolé et non pas le cas pour toute la population guyanaise... La faute à l'anglais, les tournures de phrases, tout ça...

De gauche à droite : Tony, Laurent, Andy, Lucas et Mike Ross, fin de l'interview, © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Enfin, l'interview se termine, la troupe remonte dans le minibus, retour à San Fernando, au Skyy View Lounge, l'hôtel ou nous "loungeons". On y est plutôt pas mal d'ailleurs! Une partie de l'édifice nous est réservée, comme une maison entière pour nous, tout confort, cuisine équipée, salon, terrasse, billard, 5 chambres avec clim, télé et salle de bain... Ok, nous sommes sept, je vais devoir partager ma couche avec Arthur, mais bon... Y'a pire comme conditions... Il y a un bar dans l’hôtel, nous y mangeons un bout, Cayenne est déjà bien loin, mais les kilomètres et la longue journée n’atteignent pas le moral des troupes, on fête un peu notre arrivée entre nous puisqu'il n'est pas loin d'une heure du matin et qu'il s'agit du premier moment ou le groupe peut se retrouver tranquille depuis le départ... La nuit sera plus ou moins longue pour certains, mais non! Je ne donnerai pas de noms!!!!

Premier réveil, premier petit déjeuner. © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Vendredi. Les horaires de réveils sont assez disparates... Aujourd'hui, c'est le jour "d’acclimatation", installation du matériel, prise en main de l'espace scénique, réglages d'amplis, disposition... Glen qui s'occupera du son de la scène en plus d'y jouer avec le groupe Bon Cane a déjà bien avancé sur la mise en place lorsque toute la troupe est prête à faire les balances. Sauf qu'il manque des adaptateurs de prises de courant... Léger report du soudcheck, on se fait alors conduire à la banque pour changer un peu d'argent, une session "courses" s'organise, Patrick continue de se reposer, Glen revient avec les précieux adaptateurs manquants et les balances peuvent commencer.

Petit sourire mais petite mine pour Patrick, © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Globalement, on nous dit que nous avons le reste de la journée pour faire comme on veut, pour tester, bœufer,... Petit à petit arrivent les musiciens des autres formations qui vont partager la scène du lendemain avec Aeons of Disorder. Certains les connaissent déjà de par le Surinam, d'autres par la communication autours de l'évènement, beaucoup sont allés écoutés les enregistrements du groupe sur internet... A San Fernando, on attends Aeons de pied ferme...

Mise en place, balances... Les choses prennent forme... © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Le reste de la journée et la soirée se passe un peu sur cette note, entre pause détente "à la maison" et un petit tour vers la scène. Parce que, oui, j'ai oublié de mentionner que le lieu du concert était une salle au dessus du bar de l'hôtel, collée à une terrasse extérieure sur le toit. Donc c'est vraiment pratique pour tout le monde, et moi le premier en n'ayant pas à me trimballer tout le matériel, les objectifs... Je fais un simple aller retour à ma chambre et je change de caillou... Et du coup mon sac ne traine pas non plus derrière le bar, ou au milieu des guitares rangées derrière la scène. Super! Comme des rockstars je vous dis!!

Moment détente et petits jeux... © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Les balances de chaque groupe terminées, la soirée continue en bœuf, pas très longtemps, on ne veut pas tout donné la veille du show, et certains ont de la route à faire pour rentrer chez eux. Encore une fois, nous finirons notre soirée avec toujours la même bonne humeur, élément constant de ce périple! C'est encore une soirée ou l'on passe les trois quarts de nos discussions autours du fait que les gens sont super sympa et que nous sommes quand même bien reçus! Et a priori, ça nous motive... On refait un peu "la fête" entre nous... Re-nuit plus ou moins longue... Non, toujours pas de noms...

Aeons of Disorder, © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Samedi : Jour J. Lucas s'est couché un peu inquiet la veille, n'ayant pas réussi à régler correctement le son de sa guitare sur l'ampli à disposition sur la scène. L'inquiétude est toujours présente au réveil, mais par chance, on "habite" la donc cela nous laisse la journée pour trouver pourquoi nous avons un son lourd et plutôt lointain au lieu du son affuté et incisif qui sort habituellement des mains de Lucas. On teste en branchant la pédale en façade, par l'arrière... Rien de mieux à chaque fois, l'ampli utilise un modulateur d'ampli et la pédale d'effets aussi. Du coup, les modulations se fusionnent et altèrent énormément le son...

Pendant ce temps, chacun gère sa journée comme il le veut, on cherche à ne pas trop se fatiguer pour être opérationnel ce soir, il faudra attendre que les cinq autres groupes fassent leurs sets pour monter sur scène... La nuit s'annonce déjà longue!!! Et pour moi aussi d'ailleurs, je vais suivre toute la soirée à travers mon œillet, chercher les plans, guetter la lumière... Bref j'ai pas mal de boulot aussi, donc je me mets également un peu de coté le temps d'une sieste.

Patrick n'est toujours pas rassuré sur son état de santé, qui ne s'améliore pas au point de dire que tout va bien... Assez frais pendant la journée de la veille, il n'avait pas spécialement tardé à rejoindre Morphée le soir même... Il passe ses journées à boire de l'eau minérale, à manger des bananes et des oranges pour les vitamines et à dormir... Pour le chant, pas de problème, la voix est la. C'est l'énergie qui manque...

Lucas inspecte sa guitare. © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

L'heure tourne, je commence à rassembler mon matériel et à réfléchir aux objectifs à utiliser, j'organise ma petite logistique pour tout avoir sous la main en cas de besoin, les batteries sont chargées... Je n'ai plus qu'à revêtir mon t shirt "Aeons of Disorder" flambant neuf et c'est parti!! Les autres groupes arrivent peu à peu, le public aussi. Nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre... Quel est le rayonnement du Rock à Trinidad? Est ce que ce genre de soirée est populaire? Y a t-il vraiment un public pour ça? Petit à petit, les rangs se gonflent de jeunes et moins jeunes, filles et garçons, au look métal incontestable. Maquillage, cheveux colorés, tatouages, vêtements noirs, des logos de groupes aux polices gothiques et enluminées... Le public diffère énormément du public guyanais, plus éclectique. Non, ici, ce soir, ce sont les fans de Metal qui sont présents plutôt qu'un public de curieux, et ce, malgré un autre concert rock sur la capitale Port of Spain.

Rédactions des setlists... © Lifetime Photographie- Guillaume BRET 2016

20h. Début de la soirée. C'est Bon Cane qui ouvrira le bal. Les membres d'Aeons prennent un peu la température de la salle. Lucas est soulagé, il a finalement trouvé un son correct pendant ma sieste. Patrick ne se sent pas trop mal non plus... Tout à l'air de bien se préciser... "Au fait! Quelqu'un a fait une setlist?" La question est lancée. "Heu non..." La réponse est donnée!! Retour chez nous, au calme. La setlist, c'est l'ordre des chansons, la table des matières du concert pour imager un peu. On place les morceaux dans un sens ou un autre, en cherchant à garder une dynamique, ne pas laisser le public refroidir... Discussions rapides, je prends quelques précisions sur l'enchainement des morceaux pour ne pas rater les films que je veux faire... Nous sommes prêts!!!

Sandra, notre hôte, © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Arthur, resté dans la salle, s'occupe du merchandising. Quelques t shirts partent. L'ambiance monte au fur et à mesure que les groupes s'enchainent. Cosmic Rebel et Alter Rootz succèdent à Bon Cane, la salle semble de plus en plus comble, et il y a encore pas mal de monde sur la terrasse, prenant l'air... J'alterne entre prises de vues, vidéos et rafraichissements, je discute ici et la avec celui (ou celle) qui veut et les locaux semblent vraiment content qu'un groupe se soit déplacé de l'étranger pour venir jouer pour eux. La promo faite en local a bien marché, je croise pas mal de gens qui me disent avoir préféré venir voir les guyanais plutôt que la scène locale en concert à Port of Spain. C'est sympa!

Ambiance décontractée au stand merchandising, © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

J'me dis aussi en passant qu'il est bien dommage qu'aucun lieu de ce type n'existe en Guyane, de manière aussi accessible. Qu'entre les grosses salles ou lieux de concert et les petits bars, il n'y ait pas de scène intermédiaire permanente, j'entends par la : en dehors des mini-festoches que quelques associations ici et la ont le mérite d'organiser. Une petite salle, 200-300 personnes, bien équipée en lumières et son, ouverte et hétérogène, capable d'accueillir la petite scène locale quelque soit le genre, qui permettrait (peut être) de dynamiser les plus grosses structures qui n'offrent rien de plus que Maitre Gimm's ou Kalash... Question de goût je suppose... Bref on s'égare...

Merchandising, © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

The Supernormal Band entre en scène. Après Aeons, je crois que c'est ma plus grosse priorité en terme d'image. Pour dire merci. Patrick rentrera sur scène pour chanter "Don't panic" avec le groupe, une invitation faite à l'aéroport même, lors de notre arrivée. Il a dit oui, sans trop connaitre la chanson, mais globalement ça s'est bien passé!!! Je vous invite maintenant à regarder cette petite vidéo de la chanson Big Big Gorilla, pour vous donner une idée, pour faire une pause dans la lecture... Ca déménage, moi, j'aime bien!!!

The Supernormal Band - Big Big Gorilla. © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Andy (The Supernormal Band) et Glen (Bon Cane), © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Nous voila maintenant à un groupe du fameux moment... Avatar, ce duo de frangins amoureux du trash survitaminé s'affaire à dynamiser la salle qui, même si pas mal remplie, reste un peu sage. Pas de pogos, quelques headbangings (secouage de tête) et juste une petite troupe d'amoureux du son qui eux s'éclatent, "dansent", emmenée par notre Arthur national, qui a finalement lâché le stand t shirt pour secouer son corps. On peut même dire qu'il aura fait fureur au milieu de ces gars tous trois fois plus grand/gros que lui, avec lesquels il chahute au gré des notes et des rythmes. Avec son style bien à lui, mi-crabe mi-singe... Le Cringe... La mascotte...

Lucas, pret à rentrer en scène. © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Les dernières notes résonnent, les lumières reviennent... Petite pause et nous y sommes... Aeons of Disorder, groupe de métal guyanais va se produire à Trinidad. Ca sonne bizarre à l'oreille! Alors qu'environ 98,7% de la population du département (au bas mot) ignore leur existence, les voilas représentant le 973 au delà des frontières! Et avec brio. Effectivement, Lucas a géré son problème de son, aucun doute possible dès les premières secondes! Me voila aussi rassuré quand j'entends Patrick envoyé ses premiers mots... Il a réussi à garder ce qu'il fallait de tripes pour le concert, à ce moment la, j'espère juste qu'il va tenir l'heure de set prévue...

Aeons of Disorder, live à San Fernando, Trinidad, le 25 juin 2016, © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Et ça passe! Les cinq protagonistes donnent leur meilleur, le public répond, au moins par la voix car même si l'on voit des sourires sur les lèvres du public, il n'y a toujours pas beaucoup de mouvements dans la foule... Ca fait tout drôle lors d'un concert de ce type!!! Mais soit! Les chansons s'enchainent et la foule ne désemplit pas. On voit pas mal de membres des autres formations venir tout au devant de la scène pour soutenir le groupe, pour être au plus près du son, de l'ambiance, de l'énergie... Et le son, Glen n'a pas raté son coup, il est bel et bien la, présent, lourd mais précis, une machine de guerre emmenée par "une boite à rythme humaine", comme un mec me décrit Guillaume à la batterie, et un Patrick "The Brutal" à moitié malade mais qui mérite pleinement son surnom. Dire que dans la vie, c'est une crème!!!

Aeons of Disorder, live à San Fernando, Trinidad, le 25 juin 2016, © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Face à cette prestation, certains m'interpellent en me disant "Mince!! Pourquoi ils n'ont pas gagné le W:O:A Metal Battle?!?!" ... "Long story..." Lucas enchaine les riffs, les breaks ou changements de rythmes au sein des chansons, et le tout bien orchestré, soutenu par Laurent à la basse et Guillaume, le guitariste cette fois. La technique vocale et la maitrise de Patrick en laisse deux-trois (j'ose) sur le cul! Il est vrai qu'à l'oreille novice, on s'en rend pas compte. Sauf qu'en fait, il est capable de pousser cette voix des heures durant, sans vraiment forcé sur ses cordes vocales... C'est fou l’aisance qu'il a de passer d'un timbre à l'autre, retrouvant une voix claire et tout à fait normale en un clin d’œil, sans tousser!!! Et les fans le savent, le voient...

Je vois aussi les visages de mes potes sur scène, ils aiment. Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin... Ils finiront par une reprise de Sepultura "Refuse Resist" avec l'aide de plusieurs "Supernormaux" et quelques autres. Fin du concert, mais pas de la soirée. Les plus téméraires finissent au bar du rez de chaussée, majoritairement les musiciens et leurs amis, à rigoler, fêter le moment, discuter, se féliciter, prendre des contacts pour la suite... Jusque 7h3O du matin, pour certains...

Un message... Un messager? © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Dimanche : dernier réveil dans notre "suite". Le vol retour est prévu en fin d'après midi, et fort heureusement!! Sandra nous avait prévu une petite balade, une petite visite des alentours avant de monter dans l'avion, mais face à l'incapacité générale à s'organiser, on a repoussé un peu... On referme péniblement nos valises, et il me semble que chacun d'entre nous avait ses lunettes de soleil sur le nez en montant dans le minibus...

Dimanche matin difficile... © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016

Un petit tour, un petit restaurant, et nous voila en partance pour Paramaribo. Retour au Surinam pour la nuit et retour en Guyane le lundi... Cette même route qu'on trouvait déjà un peu longue à l'aller...

A bientôt Trinidad!! G.

LES GALERIES

Les photos du périple :

Les photos du live :

La vidéo :

Aeons of Disorder, The trinidad experience. © Lifetime Photographie - Guillaume BRET 2016


À l'Affiche
Posts Récents
Recherche pas Tags
Pas encore de mots-clés.
Nous Suivre
  • Facebook Classic
© Lifetime Photographie - Guillaume BRET
  • Facebook Clean

​© 2016 Lifetime Photographie. © 2016 Guillaume BRET.

SIRET : 820 836 468